Tous Montreuil, avril 2015


Ils ont entre six mois et 3 ans et démarrent leur vie à la Crèche sur le toit. Pendant  trois mois, ces tout-petits Montreuillois seront les acteurs d’un film, dans le rôle d'explorateurs des matériaux d'un décor ludique. Rencontre avec l'artiste Eva Medin, en résidence à la crèche et au centre d'art contemporain le 116. 

En résidence* au  centre d’art  contemporain Le116, Eva Medin  prépare depuis trois mois le tournage d’un docu-fiction qu’elle va réaliser avec les  enfants de la Crèche sur le toit.Décor, costumes, scénario, story-board  (plans du film image  par  image), musique, lumières, bruitages... ont été minutieusement  détaillés avant les séances du  tournage prévu jusqu’en juin, en  complicité avec l’équipe des professionnels de la Petite enfancede  la crèche. « Nous installons un  décor de vaisseau spatial, composéde  différents matériaux plastiques,des volumes comme des  petites  montagnes  de  mousse, des élémentsde décor, des portes magiques, desobjets, des accessoires, des costumes, des éclairages. Nous filmerons les réactions des enfants qui  souhaiteront participer aux jeux proposés dans cet univers , explique  Eva Medin, dessinatrice, scénographe et réalisatrice. Je suis partie de l’architecture du lieu, que je  trouve assez futuriste et qui renvoiepour  moi à des références cinématographiques comme Jacques Tati,Buster  Keaton ou  Charlie  Chaplin. » Formée aux Beaux-Arts et aux Arts décoratifs, cettejeune  plasticienne montreuilloise  s’est vu confier des scénographiespour des ballets par des chorégraphes et a déjà réalisé son pre-mier court-métrage, Le Roi nu.Pour elle, les différentes disciplines représentent «des formes  de langage où l’écriture évolue d’un  espace  de partage à l’autre ».

La trame d’un filmde science-fiction

Pour le scénario, « j’ai envisagé la  trame d’un film de science-fiction,car je me suis postée en observation  pendant plusieurs semaines à la  crèche et j’ai trouvé que les enfants  et  les adultes représentaient un peu deux planètes qui s’observent, note  Eva Medin. Pendant  que  lesadultes s’affairent à l’organisation,les tout-petits, avec leur esprit libre,pas encore normé, laissent place àleur imaginaire ». 

L’histoire  raconte la vie d’une petite communauté à bord d’une navette  (représentant le tuteur et lacrèche). Quand surgit un bouleversement entraînant un changement de rythme, un enchaînement de conséquences et de com-portements. « Une métaphore del’envol, du décollage, mentionneEva Medin. Certains vont peut-êtresortir  du vaisseau et partir à  la  découverte de nouveaux mondes.Ou pas. » Le décor se  déplaceradans plusieurs endroits de lacrèche, incitant les enfants qui le  choisissent à conquérir l’espace...« Nous allons construire la dramaturgie au fur et à mesure, tirer profit de se qui se passe avec unegrande part d’imprévu et des scènes  incontrôlables », précise Eva  Medin, qui a fait équipe avec unchef opérateur, une designer etun  compositeur. Des  projections  de ce film de vingt minutes, au  titre provisoire La Crèche sur le  toit, sont prévues fin juin à lacrèche et au 116. D’ici là, moteur... 

• Françoise Christmann 






ALIGRE FM, Viv(r)e le cinéma, 2014

Copyright © All rights reserved.
Using Format